Au musee avec le CREF

Au Musée

Vous cherchez à agrémenter vos week-ends moscovites ? Une bonne manière de découvrir la culture russe – русская культура (rousskaya koultoura), c’est une visite dans l’un des nombreux musées – музеи (mouzéï) de Moscou.

Doit-on citer les classiques ? Le musée Pouchkine – музей имени Пушкина (mouzéï imeni Pouchkina) avec sa collection d’art européen, la Galerie Tretyakov, ou « Trétyakovka » pour les intimes, exceptionnelle exposition de la peinture russe depuis ses débuts, et enfin le palais des armures du Kremlin, forment une trinité incontournable.

Pour aller plus loin, vous avez l’embarras du choix, depuis le musée de l’Orient – музей Востока (mouzéï Vastoka), jusqu’au petit musée du métro de Moscou – музей московского метрополитена (mouzéï maskovskova metrapaliténa). De quoi agrémenter vos heures de loisirs – досуг (dassoug). Avec un peu de vocabulaire, vous êtes sûr d’en faire un loisir de qualité.

Assurez-vous bien du jour de fermeture – выходной день (vykhadnoï diéne) et des horaires – часы работы (tchassy raboty) avant de vous y rendre, et comme toujours lorsqu’on se déplace à Moscou, munissez-vous du plan d’accès – схема проезда (skhéma praïézda).

Le prix du billet d’entrée – цена входного билета (tséna vkhadnova bita) peut différer selon que vous êtes citoyen étranger – иностранный гражданин (inastrany grajdanine) ou russe – русский (rouski). Si vous avez un permis de séjour – вид на жительство (vid na jitelstvo) vous pouvez parfois bénéficier du tarif « russe », plus avantageux – более выгодный (boléïé vygodny). Cette pratique inhabituelle pour un français est assez courante dans plusieurs pays dans le monde, y compris en Europe où l’on considère que si les gens paient des impôts, leur faire payer l’entrée du musée constitue une double peine.

Tous les musées disposent d’un vestiaire – гардероб (gardérob) et certains vous obligeront à y laisser manteaux, par-dessus et doudounes – regroupés sous le nom générique de – верхняя одежда (viérkhniaya adiéjda), sacs-à-dos – рюкзак (rioukzak) et même parfois le sac à main – дамская сумка (damskaya soumka). Si c’est obligé – обязательно (abiézatiélna), c’est non-négociable – не обсуждается (nié obsoujdaiétsa).

Si vous visitez la maison d’un écrivain – дом писателя (daume pissatélia) ou un ancien hôtel particulier – особняк (assabniak), on vous demandera de mettre des « chaussons » – тапки (tapki – voir photo) ou « couvre-chaussures » – бахилы (bakhily).

Cette pratique est d’ailleurs de rigueur en hiver dans la salle de sport – фитнессзал (fitness zal) pour rejoindre les vestiaires et toute l’année dans les hôpitaux – больницы(bolnitsy) et centres de soins – медицинский центр (méditsinsky tsentr). Cela paraît très exotique pour un étranger, voire rébarbatif, et d’ailleurs, sur les réseaux sociaux, certains russes se demandent aussi la raison – причина(pritchina) de ces exigences tout en imaginant diverses réponses – ответы (atviéty) :

  1. чтобычувствовалсебякакдома (pour se sentir comme chez soi)
  2. чтобымысвойследвисториинеоставляли (pour ne pas laisser de trace dans l’histoire)
  3. чтобыспящихсотрудниковмузеянебудить (pour ne pas réveiller les gardiens du musée)

Au_musee2

Vous voici prêts à admirer les objets exposés – экспонаты (expanaty) à votre rythme et à découvrir toute la richesse des collections – фонды (fondy). Si votre niveau vous le permet, n’hésitez pas à poser des questions – спрашивать (sprachivati) aux dames qui surveillent chaque pièce – комната (komnata), elles sont généralement très bien informées – осведомлены (assvédamliény) et parfois même, elles ont lu – прочитали (pratchitali) pratiquement tout ce qui pouvait se lire sur le sujet – о теме (a tiémié).

Près de la sortie – выход (vykhod), vous trouverez la plupart du temps un petit magasin de souvenirs – магазин сувениров (magazine souvéniraf) ou un kiosque – книжная лавка (knijnaïa lavka) vendant des livres souvent introuvables ailleurs. Par exemple, la librairie de la Bibliothèque Nationale Lénine – Библиотека имени Ленина (incontournable pour les amoureux de la langue écrite) vendait il y a peu les mémoires – мемуары (mémoiry) de rescapés du Goulag recueillis par une ancienne survivante. Si vous tombez le bon jour, c’est la fille de l’auteur – дочь автора (dotch aftora) de ce recueil – сборник(sbornik) qui vous le vendra !

Les musées de plus grande envergure proposent aussi une cafétéria – кафетерий (caféri) pour vous sustenter. N’oubliez pas en partant les yeux pleins des merveilles que vous venez de découvrir, de récupérer votre manteau et d’utiliser le bac pour jeter – бросить (brossit) vos couvre-chaussures utilisés – использованные (ispolzovanyïé).