Des paillettes sous la neige

L’hiver dans la patrie de Tchaïkovski, Rostropovitch et Richter, est le moment est tout indiqué pour aller voir ou écouter les grands talents de la musique – му́зыка (mouzyka) et de la danse. D’ailleurs, ici, on distingue la danse – та́нец (taniéts) et le ballet – бале́т (baliét), comme le fameux Lac des cygnes – Лебеди́ное о́зеро (Liébédinoïé oziéra) ou bien le Casse-noisette – щелку́нчик (Chtchelkountchik) de Tchaïkovski, ce dernier étant le spectacle incontournable des fêtes de fin d’année – нового́дние пра́здники (navagodnyé prazdniki). Le CREF vous propose un peu de vocabulaire pour vous orienter un peu dans le monde du spectacle.

On ne boudera pas les danses folkloriques –  наро́дные та́нцы (narodnyié tanntsy), qui sont toujours très impressionnantes et colorées, mais si vous en avez l’occasion, ne manquez pas d’assister à des spectacles dans les salles les plus réputées de Moscou, comme le théâtre du Bolchoï – Большой театр (Bachoï téatr), ou le conservatoire Tchaïkovski – консервато́рия и́мени Чайко́вского (conservatoria imiéni Tchikovskava), à ne pas confondre avec la Salle de concert – конце́ртный зал (kantsertny zal) Tchaïkovski, ou celles de Saint-Pétersbourg, comme le théâtre Mariinsky –Марии́нский теа́тр (Marinski teatr) ou la Philarmonie – академи́ческая Филармо́ния (akadémitcheskaïa Philarmonia).

Ces grands théâtres disposent d’une scène principale ou « grande salle » – большо́й зал (balchoï zal) et d’une scène secondaire ou « petite salle »  –  малый зал (maly zal). Le Mariinsky, à Saint-Pétersbourg, dispose désormais de deux bâtiments, le bâtiment historique, Marinsky 1 et, un autre flambant neuf juste derrière, le Marinsky 2, ainsi qu’une salle consacrée aux concerts. Faites donc attention en achetant les billets, afin de ne pas arriver en retard, car parfois, l’une et l’autre salles ne sont pas à côté.

Il ne faut pas négliger non plus les autres théâtres, comme Novaïa Opera ou Guélikon Opéra, à Moscou, ou le théâtre Némirovitch-Dantchenko qu’on appelle, pour faire court, théâtre musical – музыка́льный теа́тр (mouzykalny teatr), dont le répertoire – репертуа́р (répertoire) est varié mais généralement de bonne qualité.

Il vaut mieux, évidemment, acheter les billets – биле́ты (biliéty) à l’avance, sur internet. Une petite astuce si vous avez le temps, il est toujours moins cher d’acheter les billets aux caisses – в ка́ссах (v kassakh) du théâtre, vous évitez les frais associés à la vente en ligne.

Les prix – це́ны (tsény) varient énormément en fonction du spectacle. Ils peuvent aller de 500 roubles dans le poulailler – галëрка (galiorka), à plusieurs milliers de roubles pour un artiste de renom pour une place d’orchestre – парте́р (parterre). Oui, au théâtre les francophones ne sont pas trop dépaysés : n’oublions pas que les Français furent, avec les Italiens, les premiers à monter des pièces en Russie. Le premier balcon se dit « bel étage » – бельэта́ж , et sur le côtés, on trouve les loges – ло́жи (logy). Il y a aussi parfois, à un étage, une zone qui n’est pas divisée en loges, généralement au centre, et qu’on appelle « balcon » – балко́н (balkaune). Chaque étage lui, est appelé Iarous – я́рус (Iarousse), oui, c’est une exception. Pendant l’entracte – антра́кт (antrakt), on se restaure au buffet – буфе́т (boufiét) ou on se promène dans le foyer du public –  фойе́ (foyer), en discutant la performance du soliste – выступле́ние соли́ста (vystoupliénié salista) pendant qu’on change de décor – декора́ция (dékaratsia) en coulisse – за кули́сами (za koulissamy).

Le programme – програ́мма (pragrammy) en vente le soir de la représentation – представле́ние (predstavliénié) indique le nom du chef d’orchestre – дирижëр (dirijor) et des artistes – арти́сты (artisty), notamment, ainsi que la durée – продолжи́тельность (pradaljitelnost) du spectacle.

Pour ceux qui sont assez à l’aise avec le russe, Moscou et Saint-Pétersbourg comptent énormément de théâtres – теа́тры (téâtry) pour tous les goûts et tous les âges – во́зраст (Vozrast). Rappelons que la Russie est fameuse pour son théâtre de marionnettes – ку́кольный театр (koukolny teatr). Au théâtre, donc, Les metteurs en scène – постано́вщик (pastanovchik) les plus en vogue affectionnent souvent les décors minimalistes et les costumes – костю́мы (kastioumy) contemporains. Un metteur en scène célèbre n’hésite pas à afficher sur des écrans télé tournés vers le public un texte disant : « le peuple est un troupeau abruti» – наро́д – тупо́е бы́дло (narod – toupoïé bydla) jusqu’à ce qu’un spectateur – зри́тель (zrytiél) – qui est en fait un acteur – актëр (aktior) – se lève pour protester et que le personnage principal – гла́вный геро́й (glavny geroï) sorte un révolver et tire sur cet importun.

Si vous ressortez d’un spectacle – спекта́кль (spectacle) déçu mais que vos amis sont enthousiastes, vous pouvez toujours dire que « des goûts et des couleurs, on ne discute pas » – О вку́сах не спо́рят (A vkoussakh nié sporiat’), ou bien vous lancer dans une discussion – обсужде́ние (absoujdénié) qui peut être aussi intéressante qu’animée, bien sûr.

Le chant chorale – хорово́е пе́ние russe (kharavoïé piénié) est aussi très différent de ce qu’on a l’habitude d’entendre en Europe, cela vaut donc la peine d’aller écouter des choeurs – хо́ры (khory), et pas uniquement ceux de l’armée russe. Une façon simple et gratuite, pour autant qu’on respecte le recueillement du lieu, consiste à aller assister à une messe dans une église. On peut souvent y entendre des voix extraordinaires. Le CREF organise d’ailleurs chaque année en avril un stage d’une semaine pour apprendre le chant choral russe à la fois religieux et folklorique, en même temps que le russe à différents niveaux. Contactez-nous !

Pour les amateurs, il y a toujours trois ou quatre comédies musicales – мю́зиклы (miouzikly) qui se jouent sur les scènes moscovites, mais attention, dans leur version russe !

Enfin, les artistes internationaux incluent souvent Moscou dans leurs tournées – гастроли (gastróli), il est ainsi possible d’assister à de fabuleux concerts – конце́рты (kontserty) dans des salles modernes mais souvent excentrées.

Bref de quoi voir briller de nombreuses paillettes – блëстки (bliostki) sous l’abondante neige – изоби́льный снег (izabilny sniég) moscovite !