Fait main en Russie

La Russie est l’un des rares pays d’Europe à conserver un artisanat – ремесло (rémésslo) très vivace. Cette activité, développée à grande échelle à partir du XIXe siècle, n’a cessé de s’épanouir, traversant les régimes sans perdre de son authenticité. On peut trouver certains de ces objets – предметы (predmiéty) dans des musées (cf. notre article sur le sujet http://study-russian-in-russia.com/au-musee/), mais en réalité, ils sont encore utilisés au quotidien par les Russes. Par chance, les lieux de fabrication – производство (praïzvodstva) les plus emblématiques se trouvent à proximité de Moscou et peuvent être visités. Une occasion intéressante pour les élèves du CREF. Attention, une réservation préalable – предварительная запись (predvaritelnaïa zapis) est souvent obligatoire.

Fait main JostovoLes plateaux de Jostovo – жостовские подносы (jastovskyé podnossy), sont des plateaux en métal – метал (métal) laqués en noir ou en rouge et sur lesquels sont peintes des fleurs – цветы (tsviéty) ou de baies – ягоды (yagady) de couleurs vives – яркие цвета (yarkié tsviéta). Les plateaux sont de tailles – размеры (razmiéry) et de formes – формы (formy) variées. Jostovo est un village situé à une cinquantaine de kilomètres au nord de Moscou. La fabrique abrite un musée et organise des visites – экскурсии (ekskoursy) et des master-classes – мастер-классы (master-klassy) pour petits et grands.

 

 

 

fait main FedoskinoOù garder ses bijoux, si ce n’est dans une de ces boîtes de Fedoskino – федоскинские шкатулки (fédoskinskié chkatoulki) ? Fedoskino – Федоскино (Fédoskina)se trouve non loin de Jostovo, également à une cinquantaine de kilomètres de Moscou. Les véritables boîtes sont faites en papier mâché – папье-маше (prononcer comme en français, pour une fois !) recouvert de plusieurs couches de laque, noire à l’extérieur et rouge à l’intérieur. Le couvercle est un dessin miniature – минятюра (miniatioura) peinte à la main – ручная роспись (routchnaïa rospis) et signée par l’artiste – художник (khoudojnik). Il illustre les contes russes – русские сказки (rousskié skaski) et leur univers féérique ou les paysages de l’hiver russe – русская зима (rousskaïa zima) et ses traineaux – сани (sani). C’est à la fin du 18e siècle qu’un fabricant de casquettes militaires rapporte de Braunschweig en Allemagne, la technique de fabrication du papier-mâché. Commence alors la fabrication de tabatières – табакерки (tabakierki) sur lesquelles on collait une image. Les boîtes telles qu’on les connaît sont apparues dans la deuxième moitié du 19e siècle. Les deux autres grands centres de fabrication de boîtes laquées sont Palekh – Палех (Palékh) et Mstiora – Мстера (Mstiora), villes situées entre Moscou et Nijni-Nogorod, non loin de Souzdal et Vladimir. La fabrique Artel Fedoskino propose des visites et des master classes.

 

fait main pavlovoposadski platokLes fleurs de la Russie sur vos épaules ! – Цветы России на ваших плечах (Tsvety Rossii na vachykh pliétchakh), telle est la devise de la manufacture des châles de Pavlovo-Possad – Павловопосадские платки (Pavlavapassadskié platki), à environ 70 km de Moscou. Ces châles en laine – из шерсти (iz chersti) avec des franges de laine ou de soie – из шелка (iz cholka) sont un peu la carte de visite de la Russie. Portés au quotidien par les femmes en Russie, ils sont du meilleur effet au théâtre à Paris, Londres ou Sydney. La fabrique n’organise pas elle-même de visites, mais il est toujours possible de la visiter grâce à un tour opérateur moscovite. On peut aussi visiter simplement le musée, qui présente des châles anciens et rares.

 

fait main porcelaine de Gjel

La porcelaine – фарфор (farfor) de Gjél – Гжель (Gjél) telle qu’on la connaît aujourd’hui, blanche et bleue, est apparue au début du 19e siècle. Son nom vient du lieu où l’on fabriquait de la céramique – керамика (kéramika) à partir d’une glaise blanche d’excellente qualité depuis le 14 e siècle. L’apparence de cette porcelaine aux traits bleus sur fond blanc rappelle la porcelaine chinoise ou encore les fameux carreaux de Delft. Cet art qui était en déclin au moment de la révolution de 1917, s’est fortement développé pendant l’ère soviétique. Aujourd’hui, autour du village de Gjél, à une soixantaine de kilomètres au sud de Moscou, on continue de produire des figurines typiquement russes, de l’ours – медведь (médviéd) au joueur de baïan – баян (bayane), mais aussi des horloges – часы (tchassy) et même des lavabos – раковины (rakaviny) ! Plusieurs fabriques de la région de Ramen, où se trouve le village de Gjél, proposent des excursions. L’université d’État de Gjél, qui forme des maîtres – мастер (mastère) en porcelaine de Gjél, située à 70 km de Moscou, dans le village au doux nom d’Élektroisoliator – Электроизолятор (Elektraïzaliator) propose des visites de son musée et des master classes.

 

 

Un peu plus loin, mais très accessible pour les élèves du CREF à Nijni-Novgorod – Нижний-Новгород (Nijni-Novgarad), on peut découvrir les secrets de fabrication de la vaisselle en bois laquée de Kokhloma – из Хохломы (iz Khakhlamy). Pour la protéger, on utilise un vernis alimentaire – пищевой лак (pichtchevoy lak) qui permet de l’utiliser pour présenter des plats ou même au quotidien pour manger. L’un des centres de production d’objets en kokhloma se trouve à quatre-vingt kilomètres au nord de Nijni-Novgorod, dans le village de Semenov. Il est possible d’y assister au festival – фестиваль (festival) qui a lieu tous les ans au mois de juin ainsi qu’à de nombreuses autres manifestations – мероприятия (miérapryatia) tout au long de l’année.

 

 

Si vous avez besoin d’aide pour organiser une excursion, n’hésitez pas à vous adresser à notre partenaire Tsar Voyages – Царь Вояж.